Photogravure sur film polymère :

 

Ce procédé met en oeuvre des pratiques et des savoir-faire techniques aussi éloignés que le numérique, la photographie et la gravure traditionnelle. Il allie l’immédiateté du numérique, la patience de la photographie argentique et de la gravure.

 

Il demande plusieurs étapes:

     - transfert numérique d’une image sur un transparent  

     - positionnement de ce transparent sur une plaque sur laquelle a été laminé un film photosensible  

     - insolation, développement, séchage et post-exposition

 Comme pour une gravure traditionnelle, la plaque est ensuite encrée puis tirée manuellement sur une presse à bras, 

ce qui lui confère le statut d'estampe.

 

Il s'agit d'un objet de collection dont la plaque (matrice) ne permet qu'une édition limitée. La qualité des encres et des papiers utilises garantissent une permanence des oeuvres identique à celle des gravures des siècles passés. 

 

Une photogravure recèle toujours à mes yeux une espèce de mystère. La douceur et la sensualité du papier utilisé engendre une sensation spéciale (sentiment très différent que le papier glacé).

J’ai choisi ce procédé parcequ’il me permet d’être autonome dans ma pratique. Il laisse une place importante à la surprise et à l’expérimentation. Tout au long de sa mise en œuvre, intervient toujours une part de hasard, accepté et choisis, et je garde toujours une grande curiosité quand au résultat. 

atelierrouge copie.JPG
soude.JPG
DSC08655.JPG
NCAY9546.JPG
encrage pour site.jpg
tiragephotogravure.jpg